Rechercher
  • Andreas Doering

Mon retour des brocantes du sud de la France durant les vacances d'été 2022.


Lors de mon dernier post je parlais du fait que les magasins de seconde main en Suisse faisaient carton plein et que les tarifs augmentaient fortement. C'est tout à fait le contraire qui se passe en France, du moins sur les marchés aux puces que j'ai pu explorer. En entendant discuter les vendeurs et vendeuses, il y avait beaucoup de promeneurs, curieux mais très peu de ventes selon leurs dires. au point que certains stand pliaient boutique à 10h du matin déjà! Je dois avouer que cela m'a un peu interloqué et j'ai commencé à demander les prix des objets qui m'intéressaient et là j'étais encore plus surpris car les prix étaient plus que corrects; en tout cas pour le petit habitant de Suisse que je suis. Une affiche automobile vintage à 15 euro, une étagère string pour moins de 30 euros, voitures à pédale aux alentours de 50 euros, bref pas de quoi effrayer l'acheteur.




Alors c'est quoi le souci? Trop de vide greniers en France? Etant donné le nombre de visiteurs je ne crois pas. Pas assez de place dans la voiture ou à la maison? C'est possible. La peur de demander le prix de se faire arnaquer ou de devoir négocier? J'en ai bien l'impression. Comme tout est digital les gens n'ont plus tellement l'habitude de discuter avec des inconnus et de faire des tractations. Personnellement je n'aime pas trop négocier mais je commence à m'y faire et souvent on arrive à trouver un terrain d'entente donc n'hésitez pas à engager la discussion souvent très intéressant qui vous permettra également d'en apprendre beaucoup sur l'histoire de l'objet. Bref engagez la discussion et si vous ne désirez pas acheter l'objet alors dites simplement merci pour les explications et passez au prochain stand. Personne ne vous en voudra, promis!



16 vues0 commentaire